-ecologie 
-greenwashing

Le Greenwashing dans les rayons de nos magasins

Le greenwashing, tu en as sans doute entendu parler, mais sais-tu vraiment ce que c’est ? Et comment l’éviter ?
Je t’explique tout ça !

C’est une pratique très répandue dans l’industrie et notamment dans l’industrie agro-alimentaire. En effet, le greenwashing, ou en français l’éco blanchiment, consiste pour une entreprise à orienter ses actions marketing et sa communication vers un positionnement écologique. Pour redorer leur image de marque, des entreprises polluantes dépensent dans la communication pour « blanchir » leur image, c’est pourquoi on parle de green washing. 

Définition du Greenwashing de l’ADEME (source : http://www.institutdesondage.com)

Pour nous tous, la couleur verte évoque l’écologie, protection de l’environnement… et ça, les industriels l’ont très bien compris ! Ainsi, ils usent et abusent du vert pour vous vendre des produits supposés être bons pour vous et pour la nature.

Quelques exemples :

Voilà un bel exemple de greenwashing que l’on connait tous : Coca Cola et sa boisson Coca Cola Life

-coca-cola
-life
-vert
-coca-cola life

La fausse promesse de la naturalité : ici, dans un décours naturel, Coca Cola met en valeur sa version moins calorique de son soda, officiellement sans produits mauvais pour la santé et à la stévia… Stévia, pas tant que ça ! Il s’agit d’extrait de rébaudioside, l’agent édulcorant de la stévia. Et surtout, même dans cette version, la marque utilise son colorant controversé, et l’eau de certaines régions mexicaine, privant les population d’eau potable (plus d’info juste ici). Une opération de greenwashing en bonne et due forme !

Il y a également eu la campagne de lessive Le Chat en 2009 qui avait fait beaucoup parler d’elle !

-le chat 
-écologie 
-eco efficacité 
-lessive

Petit retour dans le temps. En 2009, la célèbre marque de lessive est montrée du doigts par l’association WWF. À l’époque, WWF avait créé son observatoire afin de dénoncer les marques qui faisaient de l’argument écologique un argument marketing abusif. Ainsi, Le Chat utilisait un packaging vert, son slogan « l’écologie c’est le moment d’en parler moins, d’en faire plus », son plan « ECO Efficacité » et son descriptif du produit qui indiquait « tensio-actif d’origine végétale et 100% biodégradable ». Cette publicité était de partout : dans la presse, affichage… La marque avait fait les choses en grand !

Seulement, après vérification, l’Observatoire avait rendu un rapport : pas de label officiel, des icônes qui semaient le doute chez le consommateur et une utilisation abusive du lot « écologie ». Et puis… peut-on parler d’écologie en vendant des bidons en plastique ?

Pour remédier à cela, il existe des alternatives. Tu peux par exemple acheter ta lessive en vrac en magasin bio et en utilisant toujours le même bidon. Ou encore mieux, tu peux la fabriquer toi-même. Rien de plus simple. Il existe différentes recettes. En voilà une, une des plus connues avec du bicarbonate de soude, mais tu peux en trouver beaucoup d’autres.

-fabriquer 
-lessive écologique maison
-lessive 
-bicarbonate de soude
Source : toitsalternatifs.fr

Du greenwashing, il y en a un peu de partout, et notamment dans les cosmétiques où il est très présent. Je te montre d’autres exemples. Les Français se tournent de plus en plus vers le bio, le plus naturel, et ça les marques l’ont bien compris. Alors oui, il y a des marques qui font de véritables efforts mais d’autres en revanche sont à éviter.

Il y a toujours bien entendu l’utilisation du vert pour vous faire croire au côté très naturel du produit alors que pour certains ce n’est absolument pas le cas. Attention cependant car certaines marques l’utilisent mais sont ultra-clean.

On peut voir notamment une utilisation de visuels raportant à la nature (avec des fleurs, arbres, fruits …) pour vous faire croire que le produit est « naturel ». Dans la même lignée, on peut souvent voir une inscription qui met un élément naturel en avant « à l’huile d’argan », « au beurre de cacao brut » … Quand c’est le cas, regarde bien la liste complète des ingrédients au dos du produit. Bien souvent, cet ingrédient naturel est l’un des seul naturel du produit et de plus présent en toute petite quantité (à la fin de la liste).

- greenwashing
-yves-rocher
-camomille
Photo : lechobeaute.com

Voici un bel exemple : la présence de camomille est fortement mise en avant ici ainsi que des fleurs et le côté transparent de la bouteille qui peut faire penser à « la transparence des produits », alors que en réalité la camomille est certes présente mais au milieu d’autres produits chimiques et très controversés (methylpropanediol, PEG-7, tetrasodium EDTA). Pour le naturel, on passe notre chemin.

Il y a aussi la mention « sans … » ou « 0% … » qui peut bien souvent semer le doute. Attention car souvent cet substance est remplacée par d’autres parfois encore plus dangereuses.

D’autres marques, elles, ont intégrées le mot « bio » dans son nom alors que la marque ne l’est pas du tout. Attention toute fois, ce qui vaut pour tous les arguments également, toutes les marques avec le nom « bio » dedans ne sont pas à éviter.

Voici quelques astuces pour reconnaître et éviter le greenwashing !

Il faut tout d’abord regarder les labels officiels et donc fiables ! (un article arrive bientôt sur ce sujet). Acheter un produit avec un label de qualité est une garantie de ne pas se faire avoir. Par exemple, les deux labels agriculture biologique « certifient un niveau de qualité et un mode de production et de transformation respectueux de l’environnement, du bien-être animal et de la biodiversité » (source : https://agriculture.gouv.fr/lagriculture-biologique-ab)

-logo
-biologique 
-agriculture biologique

De même, quand il y a beaucoup (beaucoup) de vert, vérifiez l’origine, les ingrédients … Cela peut parfois être du greenwashing (mais attention pas toujours). La liste INCI est à vérifier dans les cosmétiques (faire attention à la présence de certaines substances comme les silicones, parabens, BHA, BHT et j’en passe).

Attention tout de même à ne pas diaboliser tous les ingrédients synthétiques. Tout ce qui est synthétique n’est pas forcément mauvais. De même que certains produits naturels, je pense notamment à l’huile de palme, ont des procédé d’obtention très polluants.

Le mieux est encore d’acheter un maximum de produits issus de l’agriculture biologique et local. Faites vos achats chez le petit producteur du coin !

Maintenant tu sais tout !

À très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *